Venez donc, et discutons - dit le Seigneur.

Livre d'Isaïe  1, 18

« Ils étaient trois petits enfants qui s’en allaient glaner aux champs… » C’est la Saint-Nicolas ! Les habitants des contrées du nord de l’Europe et les Lorrains chérissent autant le saint patron des enfants que l’enfant de la crèche. Avec la Saint-Nicolas, on sent que Noël est proche !

Voici la légende : un boucher sadique tue trois petits garçons, Claudon, Philippe et Jacquot, qui étaient sortis glaner aux bords des champs. Il les découpe, les sale et les stocke dans un tonneau. Au bout de sept ans, saint Nicolas frappe à la porte et demande l’hospitalité. Il confond le meurtrier et ramène les enfants à la vie. Le premier dit : « j’ai bien dormi » ; le second dit : « et moi aussi » ; et le troisième répondit : « je me croyais en Paradis ».

La comptine qui déroule l’histoire nous en donne les éléments essentiels : elle parle d’enfants, fragiles par définition. Ils sont pauvres, car ils glanent, autrement dit ils ramassent ce qui reste dans les champs après la récolte. Ils demandent l’hospitalité au boucher parce qu’ils sont perdus, sans doute effrayés par la nuit qui tombe, les ombres menaçantes. Au lieu de les rassurer, de les abriter, le boucher les assassine en toute impunité. Puis sept ans d’oubli : chiffre parfait du repos, puisque c’est le septième jour que Dieu se reposa de sa création. En effet, par miracle, les enfants ne sont pas morts. Ils reposent, ils dorment en compagnie du Seigneur, avec tous les innocents assassinés : « Je me croyais en Paradis. » Ils sont ressuscités par saint Nicolas. Dieu ne les a pas oubliés, Dieu ne les a pas abandonnés. Il a veillé sur eux.

Et le boucher ? « Ne t’enfuis pas, l’implore Nicolas, repens-toi, Dieu te pardonnera ». Cette proposition nous semble insupportable envers un assassin d'enfants ; mais qui peut connaître les limites de la miséricorde de Dieu ? « Venez et discutons - dit le Seigneur. Quand vos péchés sont comme la pourpre – ou le sang ? – ils deviendront comme la laine. »* Dieu proche des petits, et au-delà, peut-être des criminels ? Comprenne qui pourra.


* Isaïe 1, 18
Illustration : Peinture de Marguerite de la Hyre, St Nicolas ressuscite les 3 enfants

Cette méditation vous éclaire ?

Partagez cette méditation avec vos proches:

Asset 1 Partager

Autres méditations

Découvrez la Parole de Dieu proche de vous, grâce à un frère ou une sœur dominicains

Voir toutes les méditations

À vous la parole

12 commentaires

Rédiger un commentaire

« Quand tout semble perdu acclamons la parole du seigneur merci bonne journee alleluia »

Lire la suite

minoucheboulay@orange.fr - 08 décembre 2023 - 8:48

« Bonjour
En écoutant cet histoire je ne peux m'empêcher de faire le parallèle en le terrible boucher et ce fait divers de cet homme qui a tué d'un coup de couteau et blessé d'autres personnes,cet homme... »

Lire la suite

Jean Pierre - 06 décembre 2023 - 16:24

« La suite de la comptine ne dit pas si le boucher s'est repenti L'Histoire comporte malheureusement la trace d'enfants violentés, exterminés. Là où la pensée humaine se heurte à l'intolérable, il faut... »

Lire la suite

mahona - 06 décembre 2023 - 12:06

« Merci pour avoir raconté si bien cette légende du Bon Saint Nicolas, que je connaissais, bien sûr, et que l'on fêtait si bien dans mon enfance, avec mes cousins et cousines... Claudon, Philippe et Jac... »

Lire la suite

claudemarie - 06 décembre 2023 - 9:44

« Avant tout merci de chanter si bien cette comptine qui fait partie de ma vie de Lorraine oui St Nicolas est important pour nous, quand même pas autant que l'enfant de la crèche. A 67 ans, malgré mes s... »

Lire la suite

Blandine - 06 décembre 2023 - 7:59

«
Quand on pense aux petits enfants de Gaza et d'Israel, le coeur se serre...
Fasse que le Bon Dieu réponde comme la légende de St Nicolas et
pardonne a tous... »

Lire la suite

Khaly - 06 décembre 2023 - 7:13

Chaque jour de l'avent, un témoin nous raconte comment le Seigneur se fait proche.

Votre générosité nous est précieuse : nous avons besoin de vous pour transmettre l'Evangile de la paix !

-0:00